Un petit producteur de café équitable meurt dans une coulée de boue

En septembre, Max Havelaar Royaume-Uni a annoncé la mort d'un petit producteur de café ougandais dans une coulée de boue. Il est mort avec les 8 membres de sa famille. En cause : la déforestation à grande échelle. Un évènement qui nous rappel que les arbres ne sont pas uniquement là pour absorber le CO2.

Coulée de boue Ouganada

Un déluge de boue

Lovis Masiga vivait dans le sud-est de l'Ouganda, au mont Elgon. Il était l’un des fondateurs de la coopérative Gumuntindo. Celle-ci regroupe pas moins de 3.034 petits producteurs qui produisent du café Arabica. Elle a obtenu la certification équitable en 2004. Willington Wameyeye, directeur général de Gumutindo a écrit une tribune en hommage à son ami Lovis Masiga, mort dans la coulée de boue. Voici un extrait.

« ‘Masiga’ signifie ‘larmes’ dans le langage des gens qui vivent sur le versant ouest du mont Elgon. Ils étaient nombreux sur le mont Elgon, mardi 30 août 2011, approximativement 1.500 mètres au dessus du niveau de la mer.

Une famille de 9 personnes a été enterrée vivante par un immense glissement de terrain qui s’est produit après un nuit de fortes pluie le samedi 28 août 2011. Des centaines de tonnes de boue, de terre et de roche on dévalé les flans de la montagne, détruisant tout sur leur passage. »

Un drame évitable

La mort de Lovis Masiga, et de bien d'autres, est une conséquence directe de la déforestation qui sévie en Ouganda depuis une vingtaine d'année. La biomasse représente en effet près de 90% de l'énergie du pays et la majorité de la population utilise du bois pour se chauffer. Le problème c’est qu'en pleine saison des pluies, la disparition des arbres se fait ressentir et les glissements de terrain se multiplient.

Pourtant, il est possible de lutter contre la déforestation. C'était même l’un de projets phare de la coopérative Gumuntindo. L'organisation voulait se poser en intermédiaire entre ceux qui souhaitent acheter des crédits de carbone pour compenser leurs émissions, et les petits producteurs qui peuvent créer des crédits pour gagner de l'argent en plantant des arbres ou en utilisant des moyens plus respectueux de l'environnement à la lumière ou la chaleur de leur foyer. Pour mettre en place ce projet, la coopérative avait notamment utilisée la prime de développement du commerce équitable.

Malheureusement, les programmes de reforestation n'ont pas été suffisants. Et, ceux qui faisaient tout pour améliorer la situation, sont morts. Un constat amer et paradoxal.

Commentaires

Comme tu dis, un drame évitable ... C'est d'autant plus affreux. 9 personnes qui meurent alors que le simple bon sens dicterait de ne pas déforester à tort et à travers, ça rend amer.
Encore, là on ne voit que la partie émergée de l'iceberg, il faudrait aussi parler des écosystèmes qui s'appauvrissent, des régions dévastées, etc.

Ça me rappel le séisme en Haïti où il y a eu de nombreux morts à cause d'éboulements et de glissements de terrain : http://www.ekitinfo.org/journal/haiti-le-seisme-met-fin-au-commerce-equi...

Président de l'association Ekitinfo.
Un nouveau regard sur le commerce équitable

Publier un nouveau commentaire

Pour éviter les spams, les commentaires sont automatiquement clos 1 an après la publication de l’article. Si vous souhaitez nous laisser un message, utilisez le formulaire de contact.